Histoire

En 1913, certains membres de l'Église évangélique réformée locale - dont le pasteur Niklaus Bolt, célèbre écrivain suisse - ont remarqué l'absence d'un établissement public qui ne proposait pas de boissons alcoolisées. Cette nécessité était pertinente en raison des problèmes sociaux de l'époque tels que le chômage, l'alcoolisme et les querelles familiales.

Afin de réaliser le projet du restaurant, ils avaient besoin d'une somme de 10 000 CHF. Les fonds pour la construction du restaurant proviennent de dons d'amis "défenseurs de la cause" et d'une soirée tessinoise à Bâle.

En février 1914, le "Verein für ein alkoholfreies Restaurant" a été fondé. En mars, des locaux adéquats furent trouvés au 13 Corso Pestalozzi, propriété d'Emilio Lucchini.

Le nom du restaurant "Pestalozzihof" vient de son emplacement dans le Corso Pestalozzi. Les locaux se composaient de deux salles communes et du restaurant. L'un des concepts fondamentaux et expressément voulu était que le restaurant ne devait avoir aucune tendance religieuse ou politique. Un autre principe strict était l'interdiction pour les employés d'accepter des pourboires.

En juin 1914, les portes du restaurant sans alcool Pestalozzihof sont ouvertes. Les débuts de l'entreprise furent très difficiles et notamment entravés par le manque d'étrangers et l'augmentation du coût des denrées alimentaires suite à la Première Guerre mondiale. Malgré tous ces problèmes, les recettes de la première année s’élevèrent à 314,42 CHF. Au début, la gestion du restaurant fut confiée à des particuliers, mais après le troisième changement en moins de deux ans, le restaurant fut géré par un comité d'entreprise en collaboration avec le conseil d'administration de l'association.

Le restaurant est rapidement devenu un lieu de rencontre populaire pour les soldats grâce à la coopération avec le Comité d'aide sociale des soldats suisses. Même le général Wille honora le restaurant d'une visite. Le restaurant était un point de ralliement pour ceux qui souhaitaient lire ou pour ceux qui cherchaient un endroit où écrire.

En 1918, afin de garantir la poursuite de l'activité, il fallut intervenir auprès de l'Office des approvisionnements de Bellinzone pour garantir la fourniture de denrées alimentaires à des prix abordables et en quantités suffisantes. Malgré toutes ces difficultés, un chiffre d'affaires de 40 000 CHF fut réalisé avec une moyenne de 110 visiteurs par jour. En 1919, il y avait déjà plus de 60 000 clients au restaurant.

Afin d'accroître l'intérêt de la population locale - à l'époque encore sceptique quant à un restaurant sans alcool (une amélioration n'a pu être constatée qu'en 1925) - des bazars, des soirées théâtrales et des conférences sur divers sujets furent organisés.

En 1921, la situation économique redevint difficile. En 1922, de nombreux jeunes perdirent leur emploi et furent contraints de déménager.

En septembre 1923, certains membres demandèrent à réfléchir à la nécessité de transformer le Pestalozzihof en maison de retraite en raison des nombreuses demandes et proposèrent à M. Lucchini d'acheter sa propriété, mais celui-ci refusa.

À partir du 1er mai 1926, des chambres furent louées dans l'immeuble de M. Lucchini.

En 1927, l'association reçut une proposition de M. Beretta d'acheter la propriété actuelle pour 126 000 francs suisses. Après un premier refus et seulement après une inspection minutieuse avec l'architecte Heidemann (qui a également construit le Kurhaus Cademario), il fut décidé d'acheter le bâtiment de la Piazza Indipendenza.

Le projet fut financé par des obligations de la Banca della Svizzera Italiana, des dons et des collectes diverses. La pose de la première pierre eut lieu en décembre 1927. Le projet comprenait 38 chambres avec 70 lits, le restaurant au rez-de-chaussée avec 160 places et deux salles communautaires au 1er étage.

En 1927, le restaurant qui continuait à fonctionner de l'autre côté de la rue accueillait 123 058 clients par an.

En novembre 1928, l'hôtel "Pestalozzihof" ouvre ses portes avec des chambres et des salles prêtes à accueillir les clients.

Un total de 535 000 francs suisses fut dépensé pour la construction. À la fin de la construction - par manque de liquidités - même les artisans furent payés avec des obligations, qui furent rachetées en quelques années.

Dans les années 1930 et 1940, la gestion de l'entreprise rencontra de nombreuses difficultés dues à la situation économique problématique et à la Seconde Guerre mondiale, parmi lesquelles : l'obligation d'obscurcir les fenêtres, le manque continu d'employés parce qu'ils furent rappelés chez eux ou faisaient leur service militaire, l'achat de nourriture, de linge et de charbon sur la base de quotas/prix, l'interdiction de servir des aliments frits en raison du manque d'huile et de graisse, les jours obligatoires sans viande, le manque de café, d'œufs et de fromage et le problème annexe de la création d'un menu quotidien pour le restaurant.

Malgré la guerre, le nombre de mécènes continua à augmenter d'année en année.

Les menus et les plats servis étaient principalement orientés vers la cuisine allemande/suisse allemande, avec un large choix de gâteaux et de pâtisseries faits maison. À la fin des années 1940, la cuisine végétarienne commença à s'imposer.

Vers la fin des années 40, les salles furent rénovées, plus de machines furent achetées pour faciliter le travail manuel et l'eau chaude et froide fut installée dans les salles.

Dans les années 50 et 60, la cuisine fut rénovée, le restaurant fut remeublé, le chauffage au mazout fut installé et l'hôtel fut agrandi en transformant le grenier en habitation.

En 1962, le nombre de clients du restaurant atteignit 213 630, soit une moyenne de 585 personnes par jour, ce qui est difficilement imaginable à notre époque.

La tendance déclina fortement en 1967 lorsque les premiers buffets en libre-service d'Innovazione, Epa et Cooperativa ouvrirent, entraînant une perte immédiate de 50 000 repas par an.

1974 : En raison d'un manque de chambres, le 4ème étage sud fut agrandi et 6 nouvelles chambres furent construites ainsi que l'ascenseur actuel installé. D'autres rénovations devinrent de plus en plus urgentes, mais les taux d'intérêt bancaires élevés et les prix d'exploitation bas rendaient impossible la constitution d'un fonds de réserve. Afin d'obtenir davantage de revenus, les prix furent progressivement augmentés et l'hôtel fut rénové par étapes entre 1979 et 1987.

Pour tous ces travaux, environ 2 500 000 francs suisses furent dépensés, financés par les revenus propres de l'hôtel et une hypothèque de seulement 222 000 francs suisses.

Dans les années 1980, les chambres furent rénovées, puis le hall du premier étage, le restaurant avec buffet et enfin la cour, la cuisine et l'entrée principale.

Depuis 1997, nous n'avons jamais cessé d'investir dans notre entreprise et avons dépensé au total plus de CHF 14 000 000, dont 80 % ont été financés par nos propres ressources.

Depuis le tout début, la coopérative put compter sur des personnes qui se consacrèrent bénévolement et avec beaucoup d'engagement et d'enthousiasme à la gestion d'une entreprise publique. Malgré les deux guerres mondiales, les problèmes économiques et les difficultés à trouver du personnel, ils ne se découragèrent jamais et ont continuèrent à croire en la cause.

Le restaurant, puis l'hôtel furent gérés par la "Fräulein", qui venait principalement de Suisse alémanique et avait l'expérience du travail dans des établissements sans alcool. Les Fräuleins qui géraient "strictement" le secteur de la restauration et de l'hôtellerie y restaient toujours pendant de longues périodes, entre 20 et 40 ans. Strictement parce qu'il y avait même des contrôles dans les chambres pour empêcher les clients ou les employés de consommer des boissons alcoolisées ou des médicaments.

Comme par le passé, nous sommes très heureux de pouvoir compter sur la fidélité de nos employés, dont certains sont avec nous depuis plus de 20 ans, et nous voudrions profiter de cette occasion pour les remercier de leur soutien à notre entreprise.

Manuela & Luciano Fadani-Eidenberger dirigent l'hôtel depuis 1998. Luciano Fadani s'occupe du restaurant, proposant un menu adapté à la saison avec un riche choix de plats typiques suisses, de spécialités tessinoises, de pâtes italiennes, végétariennes et fraîches faites maison. Avec sa manière ironique et son caractère ouvert, il accueille nos clients et les fait se sentir chez eux. Pendant un court moment, ils oublient le stress et les problèmes de la vie quotidienne et aiment discuter de football, de voitures, de voyages et de technologie.

Depuis plus de 100 ans maintenant, lorsque vous entrez dans notre entreprise, vous ressentez une atmosphère particulière et accueillante. Notre philosophie est de faire en sorte que nos clients fassent partie de la grande famille de l'Hôtel Pestalozzi Lugano avec simplicité, professionnalisme, sympathie et humanité.